Donner voix à l’enfant intérieur pour libérer la souffrance au profit de l’authenticité

September 15, 2018

Extrait en français du livre à venir (en anglais):  “Under the Spot Light, no need to be famous to shine your light”.

 

Reconnaître la souffrance de l’Enfant Soleil (1) en soi

À mon retour au Québec, il y a quelques mois, j’ai quitté une réalité culturelle pour une autre.  J’ai cependant découvert une même réalité, c’est-à-dire le monde de la conscience et du déni.

 

En 1992 je quittais le Québec pour le Costa Rica avec comme seul bagage le désir de découvrir le moi enfoui sous les interdits, les non-dits et l’endoctrinement éducationnel. En un mot, un changement s’imposait. Le but principal de cette aventure a été l’occasion de retrouver la vraie nature de ce moi. J’y ai trouvé une plus grande liberté, découvert le droit à l’amour propre, trouvé de nouvelles amitiés correspondant à ce changement de conscience et obtenu une vision plus large de ce que l’Amour avec un grand “A” pouvait représenter. Soit l’amour du Soi unifié (2) avec celui de l’autre, ou en voie de l’être.

Cependant, après vingt-cinq ans passés au Costa Rica, un élément manquait toujours à l’appel — La reconnaissance de certains sentiments vécus par l’Enfant Soleil dont la lumière avait été éteinte très tôt, trop tôt, mais qui s’acharnait à vouloir la voir briller.

Une fois adulte et sans l’expression des sentiments refoulés, l’Enfant Soleil sera souvent confronté à la culpabilité pouvant se manifester par des impressions de ne pas être assez ou trop, ou encore de ne pas pouvoir pleinement exister. Mais force est d’admettre que s’il veut retrouver l’essence de l’Enfant Soleil qu’il a été, l’adulte doit reconnaître la souffrance de ce dernier pour enfin faire briller sa lumière.

Même une fois adulte on refuse souvent de reconnaître que nous n'avons pas toujours été aimés et protégés par nos géniteurs comme cela aurait dû être le cas étant enfant. C'est en admettant cette souffrance que nous pourrons retrouver la liberté et l'authenticité de qui nous sommes vraiment. Soit de pouvoir s’exprimer sans le filtre du passé pour devenir enfin un adulte éclairé et autonome.

Avoir le droit de questionner son éducation parentale permettra à l’Enfant Soleil blessé qui est devenu adulte de ne plus s’accrocher à l’amour idéalisé de ses parents par peur de ne plus être aimé. Sa souffrance une fois identifiée n'est pas là pour juger, mais bien pour se donner la permission, en tant qu’adulte, de reconnaître et exprimer les émotions telles que vécues par l’Enfant Soleil.

    Mon enfant, le tien et celui à venir
    Je n’ai pas eu d’enfants, mais j’ai été une enfant.
    Je n’ai pas été mère, mais j’ai appris à l’être pour cet enfant.
    Je reconnais aujourd’hui que son innocence était sa vraie nature.
    J’ai appris à l’aimer, j’ai appris à reconnaître qu’il était déjà amour.
    Je peux maintenant l’aimer, t’aimer et aimer véritablement.
    Mocha

Peu de gens sont prêts à entreprendre le voyage au fond de soi, là où se trouve l’être qui ne demande qu’à exprimer son amour. L’histoire personnelle ne peut nier cette essence, mais elle pourra rendre l’enfant devenu grand aveugle à cette vérité. Ce que je nomme la cécité de l’ego.

L’expérience humaine donnera naissance à la vie émotionnelle de l’enfant et son endoctrinement, tout d’abord parental et par la suite social et formera ce qu’il pourra devenir. À savoir, un adulte avec une saine estime de soi ou avec un amour propre à retrouver.

Nous savons que la dépression, les dépendances, la violence et les maladies sont des con séquences directes d’une éducation où l’enfant a été victime de négligence (c.-à-d. lorsque sa sécurité et son développement ont été compromis). Savoir le reconnaîtredans nos vies et savoir quoi faire pour y remédier, en tant qu’adultes, est souvent pour beaucoup d’entre nous quelque chose qui nous échappe complètement.

Que pouvons-nous faire pour devenir la meilleure version de qui nous sommes? Qu’est-ce qui peut être fait pour que chaque enfant puisse évoluer dans un environnement sain où sa créativité sera engagée et non pas niée?

Des questions sur lesquelles bien des gens se sont penchés et questions qui feront couler encore beaucoup d’encre. Certains pensent qu’ignorer leur passé est une solution possible pour être heureux en “remettant le compteur à zéro”. C’est-à-dire en ayant la certitude qu’ils sont déjà amour et non affectés par un conditionnement éducationnel nocif. Certains y arriveront, ayant eu dans leur entourage une personne croyant en eux. Mais ce n’est pas le cas de la plupart des enfants ayant vécu l’abus sous une forme ou une autre.

Quoique nous ayons le potentiel de nous réinventer à chaque moment et quoique nous soyons en mesure de retourner à cet état d’amour pour quelques instants, la négation des souffrances rattachées à nos expériences nous maintient souvent prisonniers de notre passé, ce qui teintera notre présent et notre futur.

L’ego se plaît à conserver la cécité face à la souffrance passée et à celle de l’enfant en soi. Cependant, cette souffrance une fois reconnue servira de pierre angulaire qui ouvrira le chemin vers la guérison intérieure (réintégration de l’estime de soi).  Donner voix aux souffrances de l’Enfant Soleil qui est devenu adulte assurera la survie de l’amour, cet état de pureté qui est son (notre) essence. Il n’est pas question de juger mais d’intégrer le soi en reconnaissant les souffrances de l’enfant et en lui étant emphatique.

Vous avez sans doute déjà vécu, tout comme moi, des moments où vous avez pensé “comment se fait-il que je réagisse (de telle ou telle façon), alors que je pensais avoir réglé cela?!”, ou encore “Pourquoi est-ce que je répète toujours la même chose, ou adopte le même comportement? Je pensais avoir appris ma leçon!”. Ce n’est pas parce que nous vivons dans le passé, mais bien parce que nous répondons toujours, inconsciemment, à la souffrance d’une expérience passée. C’est simplement que cette souffrance n’a pas encore été reconnue étant toujours refoulée.

Alice Miller (3), psychanalyste pratiquante jusqu’en 1980,  incite ses lecteurs “à apprendre à aimer l’enfant que l’on fut, à lever le refoulement et vivre ses émotions (peur, indignation, colère) enfouies, tel est le chemin par lequel passe la véritable liberté intérieure. Sauver notre vie est une forme de devoir que nous avons chacun à l’égard de nous-mêmes. Plutôt que de nous enfermer dans la dépression, ou plus fréquemment encore, dans l’automystification et le déni des souffrances qui nous ont été infligées durant notre enfance, il nous appartient de nous en sortir en comprenant quels sont nos vrais besoins.”

Se permettre d'être en colère face aux blessures qui nous ont été infligées en tant qu'enfants est plus que sain. C'est une étape essentielle pour qu'une véritable guérison puisse prendre place. Il est important que cette étape soit vécue dans un environnement où nous nous sentons en sécurité (avec un intervenant social ou psychologue (4) ou même un ami).

Plusieurs chemins pourront nous permettre d’intégrer la lumière de l’Enfant Soleil à celle de l’adulte que nous sommes. Pour ma part, c’est en utilisant l’EFT (5), Ho'oponopono (6), UCEM (7), comme outils de transformation, qui me donnent la possibilité de le faire avec amour, cet amour qui a fait tant défaut à l'Enfant Soleil qu'un jour j'ai été.

Nous nous devons cependant de sortir de la tendance à idéaliser nos parents. En tant qu'enfants nous n'avions pas à apprendre à comprendre ceux-ci, ce sont eux qui devaient apprendre à nous respecter, à respecter notre droit d'être aimés pour pouvoir à notre tour apprendre à aimer véritablement, incluant nos enfants. Même si nos parents n’ont pas eux-mêmes été aimés, nous avons, en tant qu’adultes, la responsabilité de reconnaître les sentiments de l’Enfant Soleil en nous. Plusieurs d’entre nous ont agi de substitut de parent pour nos parents et le font encore sans prendre le temps de reconnaître et comprendre leur propre douleur.

C'est quand je me refuse l'expression des sentiments refoulés face aux traumatismes de l’Enfant Soleil en moi que je risque, à mon tour, d’induire la souffrance chez l’autre. Cependant, en acceptant consciemment cette étape, je participe à l’élimination de la souffrance de l’humanité ayant moi-même travaillé pour transcender la mienne. Quand nous nous débarrassons des reproches, de l'hostilité, de la colère et de l'attachement à la façon dont les gens nous traitent, nous pouvons guérir et aider les autres à faire de même.

Même si le moment où je me suis rendu compte que mes parents ne m’ont pas aimée comme un enfant le demande fut douloureux, je n'étais plus dans le déni, ni dans le jugement. J’ai simplement reconnu ma souffrance comme un enfant l’aurait fait s’il avait pu l’exprimer à ce moment-là. J’ai reconnu les émotions liées au manque d'amour protecteur. J’ai abandonné l’attachement au sentiment de culpabilité relié au besoin d’être “une bonne fille” pour être aimée de ses parents, alors qu’eux-mêmes ne le pouvaient pas. J'ai donc arrêté de chercher un substitut à l'amour parental là où il n'était pas, c’est-à-dire chez les personnes qui n'ont pas été aimées en tant qu’Enfant Soleil, mais ne le reconnaissent pas encore.

C'est à ce moment-là que nous pouvons devenir un adulte authentique avec sa pleine capacité d’aimer, soit en donnant voix à l’Enfant Soleil en soi pour exprimer sa vérité. Un sentiment à la fois.

Monique
Conseillère en développement personnel et spirituel

Extrait du livre: Under the Spot Light, no need to be famous to shine your light.

 

 (1) L’enfant né avec sa propre lumière.

(2) Le Soi unifié c’est l’Enfant Soleil en conscience reconnu par sa version adulte et relié au TOUT.

(3) Alice Miller, Ta vie sauvée enfin, Flammarion, 2004.

(4) Assurez-vous de trouver quelqu'un, ou un agent de santé mentale, qui a déjà fait le travail de reconnaissance de ses propres blessures, sinon, il lui sera difficile, voire impossible de vous aider à aller dans cette direction. Vous avez le droit d’obtenir cette information pour votre bien-être. Rappelez-vous que l'enfant intérieur se sent toujours blessé de ne pas avoir été écouté et dirigé à développer amoureusement sa créativité quand il en avait le plus besoin. Ce thérapeute doit donc pouvoir accueillir celui-ci là où il est.

(5) EFT de l’anglais Emotional Freedom Techniques - Techniques de Liberté Émotionnelle de Gary Craig.

(6) Ho’oponopono est une technique de libération des mémoires anciennes engageant l’action correcte de l’amour inconditionnelle.

(7) UCEM, Un Cours En Miracles.

Please reload

Featured Posts

Pourquoi j’ai relevé le défi – 30 jours de douches froides

December 1, 2017

1/1
Please reload

Recent Posts

February 20, 2018

December 31, 2017

November 4, 2017

September 21, 2017

Please reload

Search By Tags

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

MonicChabot@gmail.com

Canada

Tél: 450-906-1102

Costa Rica

Cell: 506-88-86-69-84

 

OÙ ME JOINDRE
SUIVEZ-MOI
  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn App Icon
  • YouTube Basic Black