Sortir de sa zone de confort, une bonne chose?

Je suis entrée dans une zone de confort quand j’ai atteint l’âge de la retraite, en même temps que la pandémie.


Fini le travail acharné! Un repos physique et mental était de mise. Un temps pour recharger mes batteries pour réévaluer mes priorités...


... mais quelque chose me manquait.


Pouvoir contribuer à la société en adhérant à une cause qui soit plus grande que soi.


Un appel du coeur, depuis l’enfance, qui a été le moteur de ma vie.


Après avoir déterminé que l’écriture était mon moyen de prédilection pour ce faire, j’ai repris l’écriture d’un livre commencé au Costa Rica.


L’écriture est ce qui me permet de vivre intimement avec ce qu’il y a de mieux en moi, ce qui est l’essence de tous, l’amour.


C’est ce qui me fait grandir et me fait voir au-delà de ma petite personne. Le plus grand que soi est ce qui m’empêche de rester assis sur mes lauriers.


John O’Donohue avait raison en disant:


“(…) il y a un endroit en vous où vous n'avez jamais été blessé, où il y a encore une certitude en vous, où il y a une continuité en vous et où il y a une confiance et une tranquillité en vous.”


C’est cela que je ressens lorsque j’écris. C’est comme cela que je peux mieux contribuer à la société dans laquelle il est parfois difficile de vivre.


Particulièrement ce matin où une tonne de tristesse s’est abattue sur moi comme les chutes Montmorency le font sur les pierres à sa base.


Ce qui a fait naître une question.


Pourquoi l’homme a-t-il si peur de la différence de l’autre?


Peur d’une idéologie qui n’est pas la sienne, d’une pensée, d’un objet, d’une langue, d’une culture, ou de gens d’un pays qui n’est pas le sien? Cette peur qui le rend parfois si hargneux, ou même agressif?


J’ai demandé à être guidée, car cette tristesse commençait à bouffer ma paix intérieure.


Je savais pouvoir la retrouver, tout comme souvent l'on trouve la béatitude au bout de l'arc-en-ciel.



J’ai ouvert le livre UCEM (Un Cours En Miracles) au “hasard” … pour y lire la réponse dont j’avais besoin.


Leçon #195 - “L’amour est la voie dans laquelle je marche avec gratitude.

La gratitude est une leçon difficile à apprendre pour ceux qui regardent mal le monde. 2 Le plus qu’ils peuvent faire est de se voir eux-mêmes en meilleure posture que les autres. 3 Et ils essaient d’être contents parce qu’un autre semble souffrir plus qu’eux. (…) Qui pourrait souffrir moins parce qu’il en voit un autre souffrir plus? Ta gratitude est due à L’amour seul Qui a fait disparaître toute cause de chagrin dans le monde entier…”


J’ai reconnecté avec cette Source en moi.


En faisant cela, nous reprenons possession de notre pouvoir créatif et libérera l’énergie nécessaire pour poursuivre malgré les difficultés.


Pour être honnête, il me faut reconnaître que de vivre dans la société d’aujourd’hui n’est pas toujours de tout repos.


Mais nous avons le pouvoir de reconnecter avec ce qui est bon, beau, inspirant, constructif et aimant en soi, ce qui nous permettra de le percevoir chez l’autre.


Ça c’est le choix que nous avons.


Se secouer de nos peurs, comme le chien qui vient de prendre un bain pour enlever l'eau. Ce qui nous empêchent de percevoir ce que nous sommes vraiment.


Des êtres lumineux et aimants.


Continue de faire briller ta lumière!


Monique, tout simplement


P.S. Je te laisse sur quelques exemples de gens qui ont surpassé leur zone de confort pour offrir aux autres un magnifique cadeau et message. Tu n’as pas besoin de comprendre l’anglais, leur puissance portera le message jusqu’à toi.


P.S.S. Si tu n’as pas encore eu l’occasion de te procurer mon dernier livre, tu peux le faire ICI. C'est un des résultats obtenus lorsque je sors de ma zone de confort. :-)




21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout