top of page

Quand le bonheur, la félicité nous échappe

Le surfeur aspire à rester infiniment sur la vague, mais il sait aussi qu'elle pourrait s'éteindre sur la plage ou un rocher. C'est également la fonction d'une existence humaine. Elle finira par disparaître, lentement ou avec déchirement.


Est-ce à dire que toi et moi ne pouvons pas viser la félicité ? Bien sûr que non. Au contraire, tout comme l'archer de haut niveau, atteindre le centre du bonheur est une pensée présente à chaque moment de notre vie, même si elle n'est pas toujours consciente.


Au commencement de ma trentaine, j'ai affirmé à une amie que c'est dans cette vie que je connaîtrais tous les bonheurs, pour ne pas avoir à revenir. Elle a affirmé qu'elle avait d'autres vies pour découvrir le vrai bonheur. C'est à partir de ce moment que j'ai ressenti l'urgence de vivre autant de moments de bonheur que possible. Je me suis donc empressée d'accomplir cette tâche en regardant vers l'intérieur.


Même si je n'ai plus la pression que je m'étais imposée à l'époque, je continue d'aspirer à un état de bien-être dans ma vie. Comme tout le monde d'ailleurs, car je ne connais personne qui cherche à être malheureux. Même si le bonheur peut parfois être subjectif, le bonheur est bel et bien un état.


Toutefois, les énoncés suivants nous donnent des pistes pour mieux comprendre ce que le bonheur pourrait signifier pour soi.


  • “Être heureux, c’est voir ses préférences satisfaites”. Ils nous mettent pourtant en garde pour que ce genre de bonheur ne se transforme pas en quelque chose qui nous empêche de grandir en conscience. C'est-à-dire que cela ne devienne pas une excuse pour ne pas améliorer la qualité de sa vie. (1)

  • “…on imagine mal qu’une personne soit heureuse sans la capacité à ressentir de la joie, du contentement ou du plaisir” (2). Il est important de pouvoir identifier nos sentiments pour savoir si quelque chose, ou un événement, nous apporte de la joie, du contentement ou du plaisir.

  • “Comment être heureux et avoir une vie qui a du sens?” (3). J'ai découvert cette synthèse qui compare la vie heureuse à celle qui a du sens. Intéressant.




Je pourrais continuer sur ce sujet pendant une longue période, car c'est un sujet qui me passionne. Cependant, l'objectif de cette publication est simplement d'apporter du matériel de réflexion au sujet du bonheur.


Les personnes à la retraite remettent fréquemment en question la définition du bonheur. C'est du moins ce que j'ai observé. Il est possible que ce qui leur a apporté du bonheur pendant qu'ils travaillaient ne soit plus exact maintenant. Malgré les beaux moments offerts par cette nouvelle étape, il y a aussi des défis et des changements qui se produisent sans prévenir. Par exemple, en raison d'un déménagement, d'une maladie, d'un deuil, de la dissolution de la famille, de l'évolution constante de la technologie, etc.


Voici deux énoncés qui m'ont aidé et m'aident encore lorsque le bonheur me semble faire défaut.


  • Toute énergie dépensée à nourrir du ressentiment envers quelqu'un, quelque chose ou soi-même ne fait qu'éloigner les moments de bonheur.

  • “Libre à moi d’être en paix” UCEM

Je te souhaite une superbe semaine...même si elle s'annonce assez chaude au Québec :-). Prends bien soin de toi.


Monique, tout simplement


(1) “On peut certes juger que certains de nos désirs, lorsqu’ils sont mineurs ou passagers, peuvent rester insatisfaits sans compromettre le bonheur, néanmoins il y a un seuil d’insatisfaction, en deçà duquel il n’est plus guère possible, dans l’expérience d’une vie humaine, de parler de bonheur.”

4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page