top of page

Oui, ce phénomène est bel et bien réel

Dernière mise à jour : 9 déc. 2023

Tu te souviens du projet Rouler (en vélo) pour la paix et de son suivi? Voir le compte-rendu de la randonnée du 19 juillet. Un événement est survenu après avoir observé que ce que les gens souhaitent le plus dans leurs communications est d'être écoutés et entendus.


Ce serait, selon une jeune femme que j'ai rencontrée au cours de mes balades à vélo, le résultat d'une déconnexion entre deux personnes. Ce que je partage.


La peur qui sous-tend la déconnexion est aussi, en partie, le résultat du refus de nos différences. Pas consciemment, mais déconnexion causée, entre autres facteurs, par l’exposition via les médias de la violence entre certains peuples et dans notre société. L'homme est cependant un être social qui a besoin d'autrui pour survivre.


La prochaine fois que tu attends le bus, à la banque ou au supermarché, fais l’expérience suivante. Salue la personne qui te regarde et complimente-la. Ensuite, prends le temps d’observer ce qui se passe, à la fois en toi-même que chez l’autre.



Voici maintenant l’expérience dont je t’ai parlé au début de cet article et qui est une conséquence regrettable de ne pas être écouté et entendu. J'ai modifié le nom de cette personne afin de préserver son identité. Un événement qui s'est produit il y a environ une semaine.


Je regarde par la fenêtre de mon salon et je vois un homme qui semble ivre. Il marche dans la rue avec, je crois, une bouteille d’alcool.


Je « vois » son énergie, une énergie de désespoir. Je suis inquiète. Je le vois essayer de monter un escalier qui a trois niveaux qui va directement à une route achalandée, qui est l’entrée d’une autoroute. Je suis vraiment préoccupé.


Il décide de se tourner vers un arrêt de bus où il y a un abri. C’est le dernier arrêt de bus avant que celui-ci aille en direction de l'autoroute nord.


Je suis toujours en train de le regarder.


Il prend quelques minutes pour boire davantage, mais il est déjà très ivre. Combien peut-il boire de plus avant de s’effondrer, pensais-je.


Malheureusement, il se lève et commence à marcher vers le viaduc qui va vers l’entrée sud de l’autoroute. Il est difficile pour lui de marcher droit.


J’appelle le 911 pour voir s’ils peuvent nous aider, lui et moi, pour mieux prendre soin de lui.


« Quelle est votre urgence? »


Il y a un homme qui est très ivre. C’est un homme âgé. Il marche vers un passage supérieur qui traverse l’autoroute. Je m’inquiète pour sa sécurité.


« À quel endroit vous trouvez-vous? »


Rue Jean-talon, parallèle au boulevard Marie-Victorin et à l’autoroute 132.


« Pouvez-vous me décrire cette personne? »


Il a au moins soixante-dix ans et les cheveux blancs courts. Il porte un tee-shirt rouge avec un bermuda beige. Il porte également une casquette de baseball assez pâle. Je marche derrière lui maintenant.


« Ne vous approchez pas trop, une voiture de police a été appelée. »


Gush, je ne peux plus le voir. OMG, il a atteint le viaduc! Je cours maintenant. Êtes-vous toujours là?


« Oui, je resterai avec vous jusqu’à l’arrivée de la voiture de police. »


Je le vois. Il est assis sur le sol et essayant de se lever. Je ne sais pas s’il est tombé ou quoi. Je vais l’atteindre dans quelques mètres.


« Ne vous approchez pas trop. Je ne veux pas que vous soyez blessé. Il pourrait être violent. »


Bonjour monsieur! Comment allez-vous? Avez-vous besoin d’aide?


- « Je suis en train de faire une p…ause. » - Il est sur le pont.


« Dites-moi comment vous le voyez, que voyez-vous? Est-il cohérent? »


Eh bien, il parle lentement. Il semble être une personne instruite et il est propre de sa personne. Il a une bouteille de vodka de 26 onces à côté de lui. Probablement sa deuxième bouteille parce que celle-ci est à quelques onces d’être pleine. Attendez, il porte un bracelet d’hôpital!


Vous avez des blessures sur les mains et bras, monsieur. Que vous est-il arrivé?


Je parle encore à la personne du 911.


Je vois qu’il a une blessure sur le dessus de sa main, c'est comme s’il avait arraché un tube de liquide intraveineux qui a été placé là. Je vois aussi des blessures récentes sur les poignets et les avant-bras.


Je redemande au monsieur. Comment vous êtes fait cela?


« Hum, je me suis raté. » - Il essaie de se lever.


N’essayez pas de vous lever, parlons. C’est une belle soirée, n’est-ce pas?


- « Oui. Vous êtes très gentille, peu de gens s’en don…neront la peine. » -


Où est-ce que vous alliez ?


- « Je rentre chez moi, je fais une pause. Je dois manquer à mon chien. » -


Le gars du 911 me pose plus de questions.


« Pouvez-vous m’épeler son nom. »


Son nom est Vladimir Brankovi. V l a d i m i r B r a n k o v i. (nom fictif afin de protéger l'identité de ce monsieur). Sa date de naissance est le 12 décembre 1948.


Je parle rapidement au 911 parce que je ne veux pas interrompre ma conversation avec Vladimir à qui je parle lentement.


Quel genre de chien avez-vous ?


- « Un terrier mélangé avec du bichon, non, non... avec du schnauzer. » -

Je me lève et je m’éloigne de Vladimir pour répondre aux questions du type du 911.


Ce n’est pas un homme dangereux, il se sent seul et désespéré. Il ne veut pas de la police et encore moins d’une ambulance. Il veut rentrer chez lui.


« La police est très proche maintenant. »


Ok.


Deux personnes dans une voiture s’arrêtent, mais je leur fais savoir de continuer leur chemin puisque tout est sous contrôle. Elles repartent.


La voiture de police arrive avec deux flics, une femme et un homme.


Bonjour!


« Que se passe-t-il? » La femme policière demande.


Je leur explique la situation.


« Nous allons prendre la relève maintenant. Puis-je avoir votre nom complet et votre numéro de téléphone? C’est pour le rapport de l’incident. Où vivez-vous? »


Sur la rue Jean-Talon. Je lui signale la rue du doigt.


 « Merci d’avoir appelé le 911. »


Cet homme était inquiet pour son chien. Vous pourriez vérifier si le chien est seul à la maison? Passez une bonne soirée, officiers!


Prenez soin de vous, Vladimir ! Vladimir ne m’entend pas car l’autre officier lui parle.


Pauvre gars. Oui, certaines personnes âgées se sentent définitivement très seules. Comme c'est le cas de Vladimir.


Qui sait si cet homme est physiquement malade? Mais il a définitivement un mal à l’âme!


La prochaine fois que tu rencontreras quelqu’un que tu ne connais pas, souris-lui. C’est peut-être le seul sourire que cette personne recevra durant sa journée … et qui sait pour toi aussi.


Prends soin de toi et continue de faire rayonner ta lumière. Le monde en a vraiment besoin !


Monique, tout simplement

41 vues0 commentaire
bottom of page