• Monique, tout simplement

J’étais la reine des autruches. Le cul dans les airs et la tête dans le sable…


Faire l'autruche pour ne pas sentir. Ce qui était un mécanisme de défense face à la souffrance. Prendre le temps de s’arrêter pour devenir conscient de ses sentiments est ce qui m’a permis de sortir de la position de l’autruche pour apprendre peu à peu à reconnaître mes besoins.


Apprendre à écouter ses sentis est un acte volontaire, ce qui demande une grande disponibilité de coeur et beaucoup de concentration (tant face à soi qu’avec les autres). Ce qui m’a longtemps fait défaut pour avoir pratiqué le “faire semblant” pendant des années.


C’est lorsque nous nous autorisons à reconnaître nos émotions qu’ouvrir la porte de son coeur est possible. Là où il n’y a pas de jugement, ni interprétation. Simplement une écoute authentique de ce qui se passe dans le moment présent.


C’est aussi s’offrir la permission d’être soi sans filtre, d’avoir l’opportunité de découvrir les besoins qui se cachent derrière ces sensations. Une fois en contact avec celles-ci, il devient plus facile de se voir et voir l’autre comme il est, un être humain avec des émotions et besoins.


C’est ce que vous offre la méthode Connection Practice™, pratique qui à son tour nous permet de mieux communiquer avec soi et les autres.


Avant de vous parler plus avant de ce processus, j’aimerais tout d’abord vous raconter comment mon chemin a croisé celui de cette méthode.


Une colère accumulée qui cependant je voulais éliminer en a été l’instigatrice. Comme pour bien des gens, j’avais des parties ombrageuses avec lesquelles il m’a été difficile de vivre. Quoique je n’en connaisse pas l’origine (à ce moment-là), il y a des jours où elles me pesaient davantage que d’autres.


J’ai donc cherché un groupe qui pratiquait la communication non violente (CNV) au Costa Rica, endroit où je vivais à ce moment-là. Technique dont j’avais entendue parler. Par contre, comme cet enseignement n’existait pas encore là-bas, j’ai été dirigée vers ce qui était appelé à l’époque (2009) BePeace (ÊtrePaix), aujourd’hui nommé Connection Practice™.


Depuis ce jour j’ai suivi des cours, j’ai étudié cette méthode et pratiqué celle-ci pour finalement être formée (au Texas ) comme coach et instructeur en 2014. Après avoir travaillé avec celle-ci en espagnol et anglais au Costa Rica jusqu’en 2017, je veux maintenant pouvoir l’offrir au Québec en français.


Les é-motions (énergie en mouvement) font partie de notre quotidien et seront toujours présentes jusqu’à la fin de notre vie. Ne pas prendre le temps de voir ce qui se passe intérieurement peut mener au stress, à la dépression, la maladie et même à la violence.


Nous sommes peut-être différents dans notre individualité, mais nous sommes tous simplement des êtres humains qui ont leur propre bagage émotionnel. Il est donc important de prendre le temps de nommer nos sentiments et d’identifier nos besoins lors de nos échanges, ce qui nous offre plusieurs avantages:

  • Une meilleure compréhension de soi et des autres.

  • “Rend la tristesse, la colère et la douleur moins intenses.” Matthew D. Lieberman , professeur de psychologie à l’UCLA.

  • Nous donne la possibilité de prendre du recul et de faire de meilleurs choix.

  • Nous aide à mieux contenir et gérer les émotions les plus difficiles.

  • “En les nommant à voix haute, nous en assumons effectivement la responsabilité, ce qui réduit le risque qu'ils se répandent aux dépens des autres au cours d'une journée.” Tony Schwartz/The New York Times.

  • Devenir emphatique (La Connection Practice™ se réfère à l'empathie cognitive: il y a trois formes d’empathies)

  • Etc.


Je vous offre ici la liste des sentiments et besoins que nous utilisons lorsque nous travaillons la technique Connection Practice™. Ce qui vous aidera à mettre des mots, tout d’abord sur vos sentis, pour ensuite identifier vos besoins (ceux-ci peuvent être des besoins comblés, ou non satisfaits). En voici un exemple en utilisant cette liste.


Mon défi: besoin de m’amuser davantage.

Mes sentiments: engourdie, fatiguée, impatiente, stressée, solitaire, triste, mais aussi reconnaissante (pour l’Internet et le Zoom)

Mes besoins (satisfaits ou non): de connexion, d’autonomie, de jouer, de liberté et d'aventure.

Mon besoin principal (satisfait ou non): d’aventure et d'autonomie (en égalité).


C’est pourquoi je me suis procuré un scooter électrique, et comme vous le savez déjà, la petite Leelou aussi, petite chienne qui fait partie de la famille. Nous sommes très heureuses de pouvoir se promener en scooter, tant pour faire les courses (plus rapidement) que pour découvrir de nouveaux endroits!


Comme vous le voyez, d’apprendre à nommer nos émotions nous aide à mieux déterminer nos vrais besoins. Ces deux étapes (nommer les sentiments et identifier ses besoins) sont seulement une partie du processus de Connection Practice™.


Si d’en apprendre davantage à ce sujet vous intéresse, ou même le goût d’expérimenter tout le processus, n’hésitez pas à me contacter. Il me fera plaisir de vous initier à cette méthode, ce que je peux faire via Zoom.


D’ici là, je vous souhaite un merveilleux printemps qui ma foi a commencé en grande. Continuez de faire briller votre lumière!


Monique, tout simplement


14 vues0 commentaire