• Monique, tout simplement

Cette inconnue qui m’a fait grandir

1979 - Je suis au fond d'une salle paroissiale, endroit où se déroule la tâche de se reconstruire. L’air farouche de peur d’être démasquée, d’être vue, je m’assieds loin de la table du pannel de présentation où s’étalent aussi différentes brochures et livres.


À la fin de la rencontre, une dame de dix-huit ans mon ainée s’avance vers moi. Elle se présente et m’offre son numéro de téléphone en forme de Bienvenu et en cas de support moral si requis. Une aide que je refuse en l’interprétant comme une entrave à mon intimité(1). Quelques semaines plus tard, j’accepte son offre. Elle reste dans ma vie et devient une amie, une amie précieuse qui n'a cessé de m’accompagner depuis.


1992 - Elle est toujours là. Un départ de ma part pour l’étranger ne l’a pas fait s’éloigner. La seule de mes chères amies qui a maintenu le contact après ce départ.


Elle ne se plaint jamais et appuie toujours. Elle adore la musique, l’opéra et le théâtre. Elle est pleine de sollicitude, elle salue et célèbre mes succès tout au long de mes vingt-cinq ans passés à l’étranger.


2022 - Elle est toujours là, avec la source de son coeur inaltéré. Son voyage de vie, il y a plus de sept ans s’est engagé sur la route de l’Alzheimer. Elle aurait cependant voulu écrire un livre me confia-t-elle, mais au nom de l’anonymat ne l’a pas fait. Elle a cependant voulu créer ce petit intermède avant que sa mémoire ne s’étiole au fil des jours et des années. Elle a donc, il y a plusieurs années et au début de ce voyage, voulu laisser sa trace autrement.


Les Tiroirs de Cécile



Un moment de grande joie a été, pour elle et moi, celui de l’enregistrement de ces deux petites vidéos. Une page de son héritage en quelque sorte.


Cécile, cette grande amie de coeur m’a enseigné qu’il y avait une source d’Amour qui jamais ne pouvait tarir, même si je n’en étais pas toujours consciente. Une grande douceur, serviable, attentive et accompagnatrice pour bien des gens, en plus d'actrice de théatre, avec un humour joyeux sont quelques traits qui me viennent à l’esprit lorsque je pense à Cécile. Deux citations de son cru qui encore aujourd’hui me servent à aller de l’avant:


“Les gens parfaits en permanence sont au cimetière”.

& “Qui a dit que tu ne pouvais pas faire ça?”


Le besoin de faire une différence et de contribuer fait partie de notre nature humaine. Nous sommes comme une fleur, sans eau et sans un bon sol, nous ne deviendrions pas aussi forts que nous le devrions. Nous avons besoin d'interaction avec les autres pour grandir. Nous avons besoin d'exemples et de modèles, comme l'enfant qui apprend de ses tuteurs, la différence étant que c'est nous qui ferons le choix final une fois adulte.


Nous rencontrons des milliers de personnes au cours de notre vie et certaines influenceront plus que d'autres notre destiné. Reconnaître ce que les gens ont fait pour nous aider à devenir plus forts et courageux est un exercice qui peut nous apporter une importante prise de conscience, sinon nous remplir d’un immense sentiment de gratitude. Merci Cécile!

Je t’invite à reconnaître l’apport que certaines personnes ont eu dans ta vie, et pourquoi pas leur laisser savoir … avant que la mémoire ne s’efface.


Monique, tout simplement


(1) La peur d'être touchée. Une crainte émotionnelle profonde qui à l'époque était reliée à la croyance que le monde dans lequel j'évoluais était un endroit mauvais et dangereux.

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout