top of page

Échappe-t-on à son destin?

Quelle est la signification du mot “destin”?


Pour certains, ce mot sera perçu positivement alors que, pour d’autres, il est reçu comme une limite ayant été imposée par son environnement. En l’occurrence, y résister et l’utiliser comme une excuse pour demeurer inactif alors que des signes nous enjoint à avancer.


Selon le dictionnaire Le Robert -, le mot destin signifie :

  • Puissance qui, selon certaines croyances, fixerait de façon irrévocable le cours des évènements.

  • Ensemble des évènements qui composent la vie d'un être humain (souvent considérés comme résultant de causes distinctes de sa volonté).


Même si ce qui suit pourrait être inclus dans le livre Une vie en prose, cet événement s'est effectivement produit alors que je vivais au Costa Rica.

C'est au cours de l'année deux mille seize que l'idée de m'investir dans la tâche de guérison familiale, passée, présente et future, s'est imposée. Toutefois, après vingt-quatre ans passés dans ce pays et une fin de vie déjà légalement prévue, je ne pense pas retourner au Québec à ce moment-là.


Puis, le treize juin deux mille dix-sept, j'ai fait un rêve qui devait changer cela. En même temps, j'ai été mis au courant que la santé de mon père avait considérablement diminué.


Le rêve



Je suis dans un édifice avec mes deux filleuls. Un étage bondé de personnes occupées. Je suis là pour recevoir les documents dont j'ai besoin et que j'attendais depuis fort longtemps. J'ai entendu quelqu'un crier mon nom pour me dire que ce que j'attendais était prêt.


Néanmoins, je dois me rendre tout près de Quepos, une petite ville située dans le sud du pays. Il est étrange que cette ville se trouve à l'autre bout de cette salle. Je m’y rends. On me donne un contenant assez volumineux. Je quitte l’endroit.


En marchant vers une destination qui, je le sais, m'apportera paix et harmonie, je me retrouve dans la montagne. En arrivant dans une petite clairière, je me suis aperçu que si je franchissais sa limite, il n'y aurait plus de possibilité de revenir en arrière. Mes deux filleuls sont présents avec moi, mais se changent en petits chiens qui s'amusent dans la clairière.


En fin de compte, quand je vérifie dans le contenant que l'on m'a remis, il n'y a que des déchets, pas les documents dont j'ai besoin. C'est à ce moment-là que deux individus, en fait deux hommes, m'ont interpellé de l'autre côté de la clairière pour me dire que le bureau en question s'est trompé. Finalement, l'un d'eux me remet le bon dossier.


En franchissant le seuil de la clairière, je me retrouve dans un désert. Un ravin où règne une grande sérénité. Mes deux filleuls reprennent leur apparence humaine.


Un des deux hommes se dirige vers la sortie du désert alors que l'autre le suit, quoique je sente que ce dernier ne veut pas vraiment y aller. Je l’interpelle. Il revient sur ses pas. Il me dit être un ingénieur. Il est timide, mais il sait écouter avec son cœur. Au début, j'ai eu envie d'en apprendre davantage sur lui. Après l'avoir écouté attentivement, j'ai commencé à m'exprimer. Nous sommes maintenant assis sur un banc dans ce désert où la paix, combinée avec un sentiment de grande béatitude, règne.


Je lui raconte que j'ai passé les trente-quatre dernières années à faire cavalier seul, travaillant à ma propre transformation, tout en inspirant les autres à faire de même (1). Sa présence me fait réaliser qu'il est maintenant l'heure de marcher en étant accompagné. Non pas en raison de la solitude, mais parce que le moment est venu. Tout ce qui me reste à faire, c'est d'écrire pour continuer la tâche qui m'a été confiée (2). Son écoute et son attention sont totales. En lui parlant, je garde un œil sur mes deux filleuls qui explorent le désert. Je suis consciente que l'un d'entre eux pourrait avancer seul, alors que l'autre a encore besoin de soutien.


Un sentiment intense de tendresse est le résultat de cette rencontre. (3)


Dès mon réveil, je me rends compte que je serai accompagnée à partir de ce moment-là. Je serai guidée dans cette direction.


Une semaine après ce rêve, une de mes sœurs me fait savoir que le protocole de fin de vie de mon père est engagé. Je prends un billet d'avion pour me rendre à Montréal le lendemain matin.


Ce soir-là, j'ai ressenti le besoin de méditer. Méditation pendant laquelle je communique avec mon père. Je lui fais savoir que si le temps pour lui de partir est venu, il peut le faire même si je ne suis pas là. À minuit ce soir-là, je commence à être extrêmement malade, évacuant tout ce qui est dans mon système. Purification qui s'étend pendant une grande partie de la nuit.


Je dois partir pour l’aéroport le lendemain à 7:00 du matin pour m’envoler vers Montréal. À 6:00 am, j’essaye de joindre une de mes sœurs et n’y arrive pas. J’appelle ensuite ma jeune sœur pour lui faire savoir que je vais prendre l’avion plus tard, ne me sentant pas suffisamment en forme pour partir. Elle me dit :


“je n'ai pas le temps de parler, car je suis en route vers le salon mortuaire”!

Comment? Le salon mortuaire?

Oui, papa est décédé cette nuit!


Je pars enfin à l'heure prévue, même si je n'ai pas eu le temps de dormir de la nuit.


Pendant mon séjour à Montréal, j'ai la certitude qu'il est temps de revenir au Québec. J'accepte de me lancer dans la guérison familiale, même si je ne sais pas exactement comment je vais m'y prendre ni combien de temps ça va me prendre … À suivre...


Je te souhaite une merveilleuse semaine!


Monique, tout simplement


(1) Depuis la séparation de mon mari en mille neuf cent quatre vingt trois. Cela dit, il y a eu des rencontres et des enseignements reçus de personnes bien intentionnées au cours de ces trente-quatre années. Ce qui m'a permis d'avancer et de grandir.


(2) La découverte de la description de ce rêve de l'époque me fait réaliser la raison de cette hâte d'écrire. Ce rêve prend aujourd'hui tout son sens à plusieurs égards. Je te suggère de relire la dernière publication de blogs où je souligne l'importance de prendre des risques, malgré nos hésitations à aller de l'avant, ou de ne pas se sentir prêt.


(3) La créativité et la compréhension de moi-même sont renforcées par mes rêves. Ils sont liés à ma faculté de réflexion. Pensées qui vont au-delà des limites que le quotidien pourrait imposer.

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page